Dansk Dansk    US Dollars (change)
Dacapo Home
Dacapo - The National Music Anthology of Denmark

Format:  SACD

Catalogue Number:  6.220599

Barcode:  747313159963

Release Date:  Feb 2013

Period:  Late 20th Century, Late 20th Century, Early 20th Century

Review


Vagn Holmboe: Concertos

16 September 2013  Concertonet.com
Simon Corley

On n’a pas fini de découvrir Vagn Holmboe (1909-1996), même dans son propre pays, où il a pourtant été le maître de toute une génération de musiciens (Nørgård, Nørholm...) et bien qu’il se soit imposé, avec ses treize Symphonies, comme l’un des compositeurs les plus importants à avoir illustré le genre au siècle passé. Il est vrai que la tâche n’est pas facilitée par l’immensité de sa production – le catalogue établi par Paul Rapoport compte près de 370 numéros – de telle sorte qu’il n’est pas surprenant que cet album associant des artistes russe – le chef Dima Slobodeniouk (né en 1959) –, suédois – le Symphonique de Norrköpping et le violoniste Erik Heide (né en 1974) – et norvégien – l’altiste Lars Anders Tomter (né en 1959) – réunisse des premières discographiques de trois de ses œuvres. Le Concerto pour orchestre (1929) n’avait même encore jamais été joué: malgré son titre, qui apparaît comme une concession à l’air du temps, l’œuvre, d’un seul tenant (13 minutes), ne cultive pas la mise en valeur d’individualités virtuoses mais privilégie les oppositions entre familles d’instruments (cordes, bois, cuivres – renforcés d’une troisième trompette et d’un second tuba), dans des teintes volontiers sombres et une élévation de pensée déjà caractéristiques du style de Holmboe.

Un demi-siècle plus tard, le langage, fondamentalement tonal et non dépourvu d’affinités avec Vaughan Williams, a d’ailleurs assez peu évolué dans le Second Concerto pour violon (1979) – le Premier n’a jamais été exécuté mais l’un des treize Concertos de chambre comprend un violon soliste. Dédiée au Hongrois Anton Kontra (né en 1932), qui fut l’un des prédécesseurs de Heide aux fonctions de premier violon du Philharmonique de Copenhague et, surtout, le fondateur du quatuor à cordes qui porte son nom, destinataire et créateur de bon nombre des vingt œuvres écrites par Holmboe pour cette formation, elle adopte la forme traditionnelle en trois mouvements (les deux derniers plus brefs que le premier et enchaînés par une cadence) et ne répugne pas aux effets violonistiques. Plutôt que de s’opposer à l’orchestre, le soliste dialogue avec lui, dans une atmosphère moins rugueuse, plus optimiste qu’à l’accoutumée, même lumineuse jusqu’au tintement final du célesta qui continue de résonner après que tous les autres instruments se sont tus.

Lui aussi précédé, cinquante ans plus tôt, d’un Concerto de chambre avec alto solo, le Concerto pour alto (1992), ultime de la vingtaine de contributions du compositeur au genre concertant, a été écrit pour l’altiste canadienne d’origine israélienne Rivka Golani (née en 1946). Plus rude mais aussi plus charnu et expansif, confrontant davantage le soliste et l’orchestre, il est formé de deux parties, la seconde deux fois plus longue que la première mais comprenant plusieurs épisodes, dont une cadence. Holmboe demeure un classique par son souci d’équilibre et si une parenté nordique doit être recherchée dans sa musique, il faut regarder plus du côté de Tubin que de Sibelius ou de Nielsen.





A CC Music Store Solution